Vivre une grossesse – Partie 1

3 3

vivre une grossesse

Tout d’abord, j’ai bien conscience que vivre une grossesse varie d’une femme à l’autre.

Même s’il y a quand même des facteurs communs dans le déroulement au fil des mois, là où des différences peuvent être constatées c’est dans la façon de vivre tous les changements que cela inclus.

Pour ma part, j’ai une 1ère grossesse non prévue (donc surprise totale),

test grossesse

La découverte des petites barres roses sur le test pipi a été un moment terrible. Je n’irai pas jusqu’à dire que j’ai vu ma vie défiler devant mes yeux, ni vu ma grand-mère qui m’appelait dans une lumière aveuglante, mais j’ai ressenti une descente d’organe ! pas physiquement mais atmosphériquement (ça ne se dit pas ?…) Je l’admet, ma première réaction a été purement égoïste => je n’ai eu qu’en tête la prise de poids, le gros ventre, l’arrêt des apéros, la mise en jachère de mes escarpins chéris, entre autre…et j’ai pleuré.

Pas très sympa non plus pour l’Homme qui n’a pas bien compris ce qui lui arrivait :

C’est une bonne nouvelle ??? c’est la fin du monde ??? tu pleures de joie ou de tristesse ??? tu as déjà un problème d’hormones???

Le pauvre ! surtout que j’ai eu beaucoup de mal à lui expliquer ce qui se passait dans ma tête sans avoué que je ne voulais pas grossir, ni arrêter « de vivre comme on le faisait » (vraiment, pleurer parce que je ne pourrais plus faire l’apéro, je me fais peur des fois !).

Au delà de ma réaction face à l’annonce, de ne pas avoir communiqué plus, poussant notre couple dans une descente semblable au Dragon Khan de Port Aventura (si si tout pareil, avec les secousses, mes loopings, les arrêts cardiaques… tout ça), je n’ai pas vécu cette première grossesse de manière épanouie; guettant le moindre signe de grossesse désagréable : d’autant plus que j’ai été servi au niveau des nausées et de la fatigue à faire des comas Flash n’importe où !

Mais après la première échographie, où l’on découvre une petite cacahuète et qu’on entend un battement de cœur, l’émotion et quand même là ! (bon, j’ai pleuré, mais c’est à cause des hormones ! Bonne foi, bonne foi…)

Cela n’a pas pour autant annihilé mes craintes et angoisses mais je savais désormais pourquoi tout ça…

Malheureusement, c’est lorsqu’on baisse sa garde que généralement on prend un coup de bambou… nous avons appris à l’échographie du 2ème trimestre que notre bébé ne serait pas viable à cause de son petit cerveau qui, au lieu de se développer, était en train de se détruire.

Nous avons là un excellent exemple d’ascenseur émotionnel !

En effet, contents de notre futur à venir, ravis par les sourires enthousiastes de nos proches, on commençait à s’y faire à l’idée d’avoir une mini-moi; mais l’impossible sauvetage de notre bébé nous a amené à mettre un terme à cette grossesse au 6ème mois. Situation un peu longue que je détaille ici.

Avec le temps,  je me dis que cela n’avait pas bien commencé et que l’issue était en conséquence… deux ans et demi ont passé.

Deux ans et demi parsemés d’épisodes de tristesse, de dénie, d’envie d’avancer, d’analyses médicales pour comprendre, de reprise du quotidien et toujours avec un sourire infaillible (parfois) pour rassurer nos proches et éviter les questions…

Deux ans et demi pour venir à bout d’analyses sanguines, génétiques pour s’assurer qu’une éventuelle future grossesse serait sans risques.

Bon, la création d’un bébé, tout comme la génétique, c’est complexe tellement complexe que parfois, on ne peut expliquer pourquoi certaines choses arrivent… mais on peut légitimer le fait, au vu des millions de choses qui se passe pour la « création » d’un bébé, que de donner la vie est un véritable miracle (miracle : n.m.: Hasard merveilleux, chance exceptionnelle – source Larousse.fr).

Sortis de cette triste expérience, et après avoir attendu tous les résultats possibles des analyses faites; on s’est décidés, cette fois, d’avoir un enfant…

3
3 Comments
  • GRIVIAU
    février 27, 2016

    Love love love…!!!

  • EvaYannick Agathe
    février 28, 2016

    On ne se connaît pas mais la personne que je découvre à travers ce blog me plaît beaucoup . Une jeune femme bien sans sa peau, accro aux sacs, chaussures … bref, tout ce qui peut se porter ou pas (c’est une affaire de goût) , qui aime la convivialité des soirées entre amis ( à condition d’avoir le même taux d’alcoolémie ) Une femme moderne, qui s’assume et qui flippe le jour où son équilibre bascule . Je crois que beaucoup d’entres nous se reconnaîtront … Ce qui est moins courant, c’est d’avoir le courage de l’exprimer !!! Donc Bravo et il me tarde de lire la suite

  • Cec
    février 28, 2016

    <3 <3 <3

Laisser un commentaire